Nos Actualités

  • Nouveau design avec pour thème la tempête de neige !
  • Nomination d’Henry Mills comme modérateur du forum.
  • Benevolentiae Nam homines in homines omnia erunt fides Nam in omnia omnibus vivere omnibus circumfluere

Partagez | 
 

 On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]    Mer 17 Déc - 11:31

Spoiler:
 


Depuis que la malédiction fut levée, Rebecca n'était pas revenue dans sa boutique et cela se vit quand elle ouvrit la porte d'entrée qui grinça légèrement aux premiers centimètres. Une fois les deux stores ouverts, la jeune femme sentit des remords naître quand ses yeux rencontrèrent les étagères remplies de peluches en forme d'animaux, de bonshommes ou de petites filles, tous ayant une tenue et/ ou une pose différente, eux aussi atteint par l'accumulation de particules poussiéreuses .

Jetant un regard par-dessus son épaule, la lionne mystique retenu un grondement de mécontentement en voyant que l'horloge de la ville lui annonçait qu'il ne lui restait plus qu'une demi-heure avant l'ouverture journalière. Il était hors de question de rester sans rien faire et de croiser Gold qui serait fichu de la réprimander pour son manque de professionnalisme.

Elle se hâta de prendre le balai et un chiffon afin de dépoussiérer le plus possible ses articles, ses pensées fixaient sur Simba s'en allant comme elles venaient chaque jour.

Après cela elle jeta un coup d'oeil sur son inventaire et fut satisfaite de voir qu'il y avait pour le moment assez de peluches pour gâter les enfants de la ville jusqu'aux fêtes de fin d'années. Ainsi elle devait se passer des bons services de Brian Volter ... Ou de Gill maintenant.

Le nom fit disparaître de début de sourire jovial qu'elle avait retrouvé après avoir fini son "ménage".

Il faut dire que leur amitié avait prit un sacré coup dans l'aile depuis qu'il lui avait dit la vérité sur son identité ...

Un poisson.

Comment diable une lionne aussi féroce qu'elle pouvait elle se lier d'amitié avec un animal qui n'était même pas reconnu comme étant dangereux ?

C'est vrai quoi, un requin passe encore, mais si jamais les hyènes avaient le malheur de savoir sa véritable nature, elle était bonne pour entendre les pires blagues pendant au moins un mois.

Et pourtant personne d'autre qu'elle ne pouvait savoir à quel point son estime pour cet homme était immense bien que ce dernier se montrait d'autant plus distant depuis qu'elle avait retrouvé sa mémoire et qu'elle esquiver à chaque fois cette éternelle question "Et toi d'où tu viens ? "

Elle ne voulait pas lui parler de son passé. Des moqueries qu'elle subissait en permanence, de l'exil dont sa mère avait été victime, du fait qu'elle s'était retrouver toute seule trois ans après, qu'un jeune lion qu'elle croyait être un ami était en réalité le fils de l'ancien roi et qu'elle lui vouait depuis une haine sans limite.

Non, elle pouvait pas et ne devait pas induire Gill en erreur en l'incitant à la suivre dans un plan de vengeance alors qu'il était aimé de tous. Pour elle cela équivalait à une trahison.

Dans un sens, elle voulait même le préserver d'elle même, elle qui se considérait comme quelqu'un de dangereux et provisoirement instable, ne souhaitait pas lui faire du mal involontairement.

Sans doute était-il sa seule faiblesse dont elle avait connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]    Lun 22 Déc - 12:03







I'm Not the Only One by S S on Grooveshark

On a tous en soi une part de vérité qui ne souhaite pas être connue I can't believe you let me down
But the proof's in the way it hurts




Depuis que la malédiction fût levée, Brian était devenu froid et distant avec tous ceux qu’il connaissait… Ou qu’il croyait connaître. Il avait avoué pour la première fois son passé à quelqu’un qu’il croyait importante, alors qu’en fait, elle semblait plutôt vouloir lui rire à la figure. Il est vrai qu’être un poisson était plutôt médiocre. Pourquoi pas un requin ? Ou encore mieux, un dinosaure ! Déjà là, ça aurait été plus crédible. Il avait appris à ne plus se mêler de ce genre de chose. Walter et Rick étaient en fait Gurgle et Marlin. Tous les autres étaient ceux avec qui Gill avait passé la majorité de sa vie. Depuis sa déclaration à Rebecca, Brian s’était caché dans son appartement espérant que personne ne vienne le voir.

Cette journée-là, quelque chose le poussa à aller voir Rebecca. Pourquoi ? Il ne le savait pas trop. Peut-être espérait-il qu’elle ne se dégonfle pas à nouveau et qu’elle parle. Il prit alors son courage à deux mains et sortit à l’extérieur. Le soleil aveugla le jeune homme qui s’était enfermé depuis maintenant plusieurs semaines. Il marcha doucement dans les rues bondées de Storybrooke se dirigeant au seul endroit qu’il savait où trouver la jeune blonde. Au loin, Brian vit une pancarte où il y était gravé en belles lettres '' Le repaire douille ''. Un soupir s’échappa de sa bouche alors qu’il fourra ses mains dans les poches de son manteau de cuir. Il avait encore le temps de rebrousser chemin. Il vit alors une jeune femme sortir du magasin afin d’y placer le signe '' Ouvert '' sur la porte. Brian sentit une boule se former dans sa gorge et son cœur se mit à battre à une vitesse folle. À ce moment précis, il aurait voulu prendre les jambes à son coup. Pourtant, il n’était pas un lâche. Il n’était pas comme elle. À cette pensée, il s’avança d’un pas décidé vers le magasin de Rebecca.

Lorsqu’il ouvrit la porte, une petite clochette se fit entendre. La jeune femme blonde qui était en train de replacer quelques peluches au fond du magasin se retourna vivement. Peut-être s’attendait-elle à voir un autre client, mais pas lui. Brian se tenait au cadre de la porte, les bras croisé sur son torse la fixant droit dans les yeux. Pour être honnête, il ne savait pas quoi lui dire. Un simple bonjour ? Lui demander pourquoi elle l’évitait ? Si elle avait honte de lui ? Il voulait tout lui dire, mais à la fois, rester silencieux.




© Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Brian Volter le Lun 22 Déc - 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]    Lun 22 Déc - 18:12

Beaucoup trop plongée à la fois dans ses pensées et dans son travail, Rebecca réagit trop hâtivement quand elle entendit la clochette de sa boutique retentir.


Elle qui crut voir arriver un de ses fidèles clients, elle dû se faire violence de laisser apparaître ce sourire si chaleureux et accueillant quand son regard bleuâtre rencontra malgré elle celui dur et hostile de Brian ... ou Gill.


Elle même ne savait plus comment l'appeler quand elle se retrouvait face à lui.


Son coeur semblait à la fois affolé de cette venue aussi inattendue qu'inévitable, mais aussi soulagé de le voir encore dans la ville contrairement aux rumeurs qui avaient circulé sur un éventuel départ qui aurait mit une croix définitive sur une réconciliation.


Comment devait-elle réagir ?


Elle ne pouvait pas le mettre dehors, car ils 'agissait d'un établissement public et qu'il était dans ses droits pour venir ici comme tout autre habitant de la ville.


Dans ce cas que faire ? L'ignorer ?


Non, cela ne ferait que creuser le fossé qu'elle avait elle même créé en refusant cette réalité qui lui avait sauté au visage dès la fin de la malédiction.


Que dire pour combler le silence qui s'attardait dans le magasin ?


Un bonjour était toujours un signe de politesse appréciée, mais ensuite ?


Cela faisait des jours qu'elle l'évitait afin de leur laisser du temps ... afin qu'ils sachent où qu'ils en étaient.
Faire le tri entre la part animal qui dormait en eux et celle humaine dans laquelle ils avaient l'habitude de se réveiller depuis 28 ans ce qui n'était pas chose aisée.


Ses talons claquant contre le parquet en bois de la boutique, Rebecca s'approcha de Brian pour s'arrêter à quelques centimètres de lui, continuant de le fixer inlassablement, espérant qu'il prenne la décision de faire demi-tour, mais apparemment, lui aussi était campé sur ses intentions.


Lesquelles étaient elles ?


Cela elle l'ignorait et tout ce qu'elle espérait était qu'il ne venait pas lui faire part de la fin de leur amitié, car sans qu'il le sache sans doute, cela la blesserait profondément.


Si tu es venus chercher mon bon de commande mensuel je n'en ai pas. J'ai tout ce qu'il faut dans la boutique. Mais merci quand même d'être passé.


Les mains posées sur ses hanches, la jeune femme resta droite comme un I, sa voix résonnant dans la boutique comme un fouet, presque sur le ton de la défensive alors qu'il ne lui avait pas encore adressé la parole.


Pas de bonjour certes, mais à quoi bon ?


Rebecca savait très bien qu'il n'était pas venu ici par hasard et pour elle la raison la plus valable était ce fameux bon qu'elle lui donnait en main propre tous les mois.


S'imaginant qu'elle en avait déjà fini avec lui, Rebecca lui tourna le dos et s'apprêta à s'installer derrière l'accueil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]    Lun 22 Déc - 21:19







I'm Not the Only One by S S on Grooveshark

On a tous en soi une part de vérité qui ne souhaite pas être connue I can't believe you let me down
But the proof's in the way it hurts




« Si tu es venus chercher mon bon de commande mensuel je n'en ai pas. J'ai tout ce qu'il faut dans la boutique. Mais merci quand même d'être passé. »

La jeune femme le fixa longuement. Brian ne lâcha pas son regard. Il aurait voulu lui crier à la figure, lui demander à quoi elle jouait, mais il se tut.  À quoi bon ? Il n’allait que mettre de l’huile sur le feu. Lorsqu’elle lui tourna le dos, voyant bien qu’il ne répliquait pas, il soupira et baissa la tête. Elle se dirigea vers l’accueil où elle se plaçait à tous les matins se préparant à travailler. Brian décroisa les bars et s’avança de quelques pas, tentant de garder une distance raisonnable entre les deux jeunes gens.

« Nous savons très bien, tous les deux, que je ne suis pas ici pour ton bon de commande… »

Son air sérieux pourrait donner des frissons à ceux qui osaient le regarder. Non, pas qu’il était de mauvaise humeur, mais plutôt qu’il n’avait pas le temps de plaisanté. Il n’était pas venu pour rire avec elle. Il était venu pour en savoir d’avantage.

« Tu me fuis… » Dit alors Brian après un long moment de silence.

Cette phrase résonna dans tout le magasin et semblait avoir surpris la jeune blonde qui le fixait à nouveau.

« Dis rien… Ce n’est pas grave. Tu ne seras pas la première. »

Il haussa les épaules et baissa son regard.

« Je veux seulement savoir pourquoi… Et ne me sors pas l’excuse de mon passé. Te connaissant, ce n’est pas la raison pour laquelle tu m’ignores. »


© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]    Mar 23 Déc - 1:42

Elle qui espérait que son interlocuteur daigne rester, voilà que ses espoirs partaient en fumée lorsque Brian vint la joindre à l'accueil pour ensuite dire sur le ton le plus désagréable qu'elle ait pu entendre venant de sa bouche lui dire ceci.


« Nous savons très bien, tous les deux, que je ne suis pas ici pour ton bon de commande... »


Le peu de fierté qui lui restait en cet instant sans alla aussitôt qu'il eut prononcer ses mots et ses craintes revinrent au galop.



Il y avait dans cet endroit, aucune issue par laquelle elle pourrait passer en trouvant un quelconque prétexte et cela l'instinct de Gill et non plus celui de Brian semblait l'avoir bien comprit car il rajouta aussitôt, remuant le couteau dans la plaie.

« Tu me fuis... »



Alors que Rebecca avait porté son regard sur les étagères des peluches, celui-ci se déporta de nouveau sur l'homme en face d'elle face à cette réalité qu'elle ne voulait pas admettre et encore moins l' entendre de la bouche d'une personne à laquelle elle tenait.



L'embarras était-elle que ses joues rosirent légèrement, mais en aucun cas un son ne sortit de sa bouche ce qui eut le don apparemment d'agacer Brian qui décida de dire ce qu'il avait au fond de lui même.


« Dis rien... Ce n'est pas grave. Tu ne seras pas la première. »


Effectivement oui, elle ne serait pas la première habitante de Storybrooke à avoir des secrets, mais elle serait sans doute la seule à vivre dans le remords si cela mettait sa relation si particulière avec l'une des rares personnes à qui elle tenait réellement.


« Je veux seulement savoir pourquoi... Et ne me sors pas l'excuse de mon passé. Te connaissant, ce n'est pas la raison pour laquelle tu m'ignores. »


Savoir, savoir .... Il en tenait une bien bonne là.


C'était facile de vouloir savoir des choses, mais ce n'est pas en passant des heures dans des livres qu'il risquerait de connaître la vérité sur sa personne. Non c'était beaucoup plus compliqué que cela à vrai dire, mais il ne semblait pas vouloir comprendre la gravité de sa demande et c'est sans doute pour cela que la blonde profita de l'absence d'une quelconque "hyène" dans les parages pour lui dire les premiers mots qu'elle lui adressait à vif voix depuis des jours d'abstinence.


Ton passé n'a strictement rien à avoir avec la raison que je ne veux pas te voir. Mais puisque tu as l'air de vouloir vraiment savoir quoi que ce soit sur moi ... Ici je suis connue comme étant Rebecca Melah, mais si je me serai retrouvée dans mon corps initial, beaucoup t'aurais dit qu'ils me connaissaient éventuellement sous le nom de Tanya.


Bizarrement en disant une partie de son passé, le coeur de la belle lionne mystique semblait perdre du poids qu'elle avait l'impression de trainer comme un boulet depuis la fin de la malédiction.


Comprenant que Gill ne savait toujours pas ce qui visiblement,  la pousser à vouloir mettre une distance protectrice entre eux.


Celle qui se prénommait en réalité Tanya, poussa un léger soupire puis rajouta sur un ton plus doux que la précédente fois.


Crois moi Brian, tu n'apprécierais pas du tout la personne que j'étais et que j'ai l'intention de revenir quand j'aurais retrouvée la source de mon malheur.


Non elle ne l'avait pas appelé Gill ... Peut être qui lui fallait encore un peu de temps pour s'adapter à cette double identité que la reine Régina leur avait lancé contre leur gré et qu'avec ce temps, elle l'appellerait par son vrai prénom.


En attendant ce moment, Rebecca espérait sincèrement que cela lui serait suffisant jusqu'au moment propice.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]    Dim 28 Déc - 10:55







I'm Not the Only One by S S on Grooveshark

On a tous en soi une part de vérité qui ne souhaite pas être connue I can't believe you let me down
But the proof's in the way it hurts




«Ton passé n'a strictement rien à avoir avec la raison que je ne veux pas te voir. Mais puisque tu as l'air de vouloir vraiment savoir quoi que ce soit sur moi ... »

Brian laissa tomber ses bras de chaque côté de son corps. Elle allait finalement parler. Quelle surprise ! Il s’appuya contre le mur et écouta bien ce qu’elle avait à dire.

«Ici je suis connue comme étant Rebecca Melah, mais si je me serai retrouvée dans mon corps initial, beaucoup t'aurais dit qu'ils me connaissaient éventuellement sous le nom de Tanya.»

Le jeune homme ne bougea pas lorsqu’elle parlait, avalant chaque parole qui sortait de sa bouche. Cependant, la jeune blonde s’arrêta pendant quelques secondes, ce qui troubla Brian.

«Crois-moi Brian, tu n'apprécierais pas du tout la personne que j'étais et que j'ai l'intention de revenir quand j'aurais retrouvé la source de mon malheur.»

Il plissa légèrement les yeux. Non. Elle ne devait pas s’arrêter ainsi. Il n’était pas venu la voir pour qu’elle lui donne un faux espoir et qu’elle se dégonfle à nouveau. Il soupira et hocha la tête.

«Tu sais, c’est déjà bien que tu m’as dit ton vrai nom… Mais ce n’est pas assez. »

Il put très bien voir l’expression de découragement sur le visage de son amie. Il n’allait pas la déranger plus que cela. Il baissa la tête.

«J’arrête…»

Il leva son regard azur sur celle qu’il croyait être son amie.

«J’arrête de te déranger. Tu ne veux plus me voir, je comprends. Il y a une raison derrière cela, mais tu ne sembles pas vouloir m’en parler. Tu ne peux pas savoir à quel point c’est épuisant pour moi de te courir après afin d’avoir une simple vérité de ta part.»

Il reprit son souffle avant de soupirer à nouveau. Il ricana légèrement.

«Je croyais vraiment que tu tenais à moi… Il faut croire que je me suis trompé sur toute la ligne.»



© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]    Dim 28 Déc - 19:24

«Tu sais, c'est déjà bien que tu m'as dit ton vrai nom... Mais ce n'est pas assez. »

Comment diable faisait il pour devenir à la fois agaçant tout en ayant ce don qui faisait que Rebecca avait envie de tout déballer comme ça, sans crainte, au risque de ne plus paraître la même à ses yeux ?

Elle ne mit pas très longtemps pour comprendre que sa réaction faciale décevait Brian qui baissa la tête, sans doute afin d'éviter de montrer sa détresse.

«J'arrête...»

Cette fois-ci se fut au tour de la blonde de laisser afficher un air de surprise sur son visage, se laissant démasquer par Brian qui avait de nouveau posé son regard bleuté sur sa personne et de continuer sur sa lancée.

«J'arrête de te déranger. Tu ne veux plus me voir, je comprends. Il y a une raison derrière cela, mais tu ne sembles pas vouloir m'en parler. Tu ne peux pas savoir à quel point c'est épuisant pour moi de te courir après afin d'avoir une simple vérité de ta part.»

C'était donc pour ça qu'elle ne l'avait plus revu depuis que la malédiction était levée ?

Il s'était cloîtré chez lui après lui avoir révélé son identité, attendant le moment opportun pour avoir cette confrontation qui lui était destinée.

Peut être qu'au bout du compte, Rebecca et Tanya ne faisaient plus qu'une seule et même personne et que celui qu'elle croyait pouvoir mettre en danger n'était en fait que la clé qui lui permettrait de fermer la porte de son passé.

Le ricanement discret de Brian l'obligea à stopper ses pensées un moment.

«Je croyais vraiment que tu tenais à moi... Il faut croire que je me suis trompé sur toute la ligne.»

Ces mots qui auraient pu passer anodin aux yeux de l'ancienne féline, eut l'impact inverse sur l'humaine qu'elle était depuis des années.

La sensation que son coeur n'était désormais plus qu'une grosse pierre qui pesait en son fort intérieur obligea la lionne mystique à réagir au plus vite.

Alors que l'homme prit la direction de la sortie, Rebecca se posta entre cette dernière et l'ancien poisson, sourcils froncés, bien décidé à ne pas le laisser partir de la sorte, un son sortit faiblement de sa bouche, semblable à un feulement.

En moins d'une minute elle avait prit sa décision et quitte à tout perdre, autant que cela soit à la demande à Brian.

Très bien tu veux savoir qui je suis en plus d'être Tanya, alias Rebecca Melah ?! Dans ce cas ouvre bien tes oreilles Gill, car ceci sera l'unique fois où je parlerais publiquement de mon passé.

Ses mains se mirent à trembler au moment où elle évoqua les brides de souvenirs qui revenaient au fur et à mesure.

Je suis née en brousse Africaine sur une terre communément appeler "La Terre des Lions".

Voyant que le dernier mot semblait avoir plus ou moins marqué Brian, Rebecca reprit son récit.

Donc inutile de te faire un dessin, tu auras compris que je suis une lionne. Sauf que je ne suis pas une lionne ordinaire non. J'ai eu comme qui dirait un don le jour de ma naissance, mais ce qui a valu aussi que je sois exilée avec ma mère au même moment ... une sorte de crinière. Alors que je n'étais qu'un lionceau a peine né, on me fusillait déjà du regard, insinuant que j'étais une erreur de mère nature. Le roi de ce royaume n'a pas été tendre avec ma mère et son jugement l'a poussé à des kilomètres de mon lieu de naissance jusqu'à une jungle reculée. Là-bas j'y ai vécu mes trois premiers mois de bonheurs jusqu'à ce que ma mère meurt d'une cause dont j'ignore l'existence. Je dû survivre seule jusqu'au jour où je fis la rencontre d'un autre lion. Simba, c'est comme ça qu'il s'appelait. Il était un peu plus âgé que moi et au fil des années qui s'écoulèrent, une sorte de lien frère-soeur s'était installé jusqu'à ce qu'un jour il ...

L'instinct animal reprit le dessus au moment où elle arriva à la révélation, celui-ci guidant son regard sur l'extérieur où non loin de là se tenait une charmante petite famille. Un homme aux cheveux blond qui riait avec sa femme posa son regard marron en direction de la boutique

Aussitôt un flashback prit possession de l'esprit de Rebecca.

Celui où elle se voyait elle, une jeune lionne dans la fleur de l'âge en train de courir après un lion à travers une jungle à la fois dense et protectrice et où résonnait des rires enfantins et emplis de complicité.

Oh toi ...

Simba. Elle l'avait enfin retrouvé et en plus, il venait à elle comme le frêle agneau le ferait envers le loup affamé.

Rebecca sentit ses pupilles se rétractaient et une soudaine envie d'aller à leur rencontre se fit ressentir.

Elle était comme en transe, complètement possédé par son passé qui lui soufflait à l'oreille de sortir de la boutique et de frapper au corps le responsable de sa descente en enfer. Hors elle savait qu'agir inconsciemment ne l'amènerait à rien de bon si ce n'est avoir un destin comme son prédecésseur; Scar.

Et puis il y avait Gill.

Elle devait finir son récit et par dessus tous, lui faire comprendre qu'elle tenait à lui contrairement à ce qu'il s'imaginait.

Malheureusement, le fait que ses pensées ne soient désormais fixé que sur son ennemi fit qu'elle n'entendit plus Brian qui tentait de la calmer.

Le geste de trop venant de la part de l'homme obligea Rebecca à se retourner vivement afin de le repousser, sauf qu'elle venait de commettre un acte plus grave qu'elle ne se l'était imaginée.

Brian qu'est-ce qu ...

Brian était à terre, le haut du torse ensanglanté. D'après la trace visible sur le haut abimé, on pouvait clairement deviner qu'il s'agissait d'une griffure d'un animal.

Complètement effrayée par son acte, Rebecca posa brièvement son regard azur sur ses mains et eut un spasme en y voyant du sang ... celui de Brian. Sans compter que des griffures se tenaient également sur ses deux bras.

La transe était telle qu'elle ne s'était pas rendu compte qu'elle s'était elle même fait du mal, trop emporté par son excès de rage. Mais ceci, n'était pas le plus important à ses yeux.

Ne bouge pas, je vais te ramener la trousse de soins.

Dit faiblement la jeune femme avant de s'absenter dans une petite salle où se tenait tout le nécessaire pour les toilettes publiques et l'armoire à pharmacie.

Elle prit la trousse où il y avait le désinfectant, des compresses, des bandes et le ramena à Brian qui s'était muré dans un silence qui pesait pour Rebecca qui s'écarta de presque deux mètres afin d'être sûr de ne plus commettre le moindre geste agressif.

Tu comprends maintenant pourquoi je t'évitais ? C'est pour éviter CE genre de choses que je voulais plus croiser ta route. Crois tu vraiment que j'agirais de la sorte si je ne ressentais pas de l'affection pour toi ?!

Des larmes coulèrent sur les joues de Rebecca qui était dans un tel état de perdition qu'elle ne s'était même pas rendu compte de la fin de sa phrase.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]    Mar 30 Déc - 10:34







I'm Not the Only One by S S on Grooveshark

On a tous en soi une part de vérité qui ne souhaite pas être connue I can't believe you let me down
But the proof's in the way it hurts




Brian allait quitter le magasin quand la jeune femme se posa devant lui afin de l’empêcher. Il en avait marre. Si elle avait quelque chose d’important à lui dire, elle était mieux de le faire maintenant, sinon il allait partir pour de bon.

«Très bien tu veux savoir qui je suis en plus d'être Tanya, alias Rebecca Melah ?! »

Brian croisa les bras sur son torse et n’attendait que la vérité. Allait-elle vraiment lui dire la vérité ou allait-elle se dégonfler ? C’est ce qu’il allait voir.

«Dans ce cas ouvre bien tes oreilles Gill, car ceci sera l'unique fois où je parlerais publiquement de mon passé.»

Il hocha doucement de la tête lui faisant signe de parler.

«Je suis née en brousse Africaine sur une terre communément appelé "La Terre des Lions".»

Brian haussa un sourcil à cette révélation. Elle était donc une lionne ? C’était déjà plus impressionnant qu’un poisson. Il comprit rapidement pourquoi elle eut envie de rire à son visage lorsqu’il lui avait dit son identité. Après une courte pause, attendant sûrement la réponse de son compagnon, Rebecca reprit. Tout au long de son récit, Brian était tout ouïe. Il hochait parfois la tête, faisait quelque son montrant sa compréhension et avait même décroisé ses bras. Elle n’avait pas eu une vie facile. Quoi que, Gill non plus. Tous étaient passés par un chemin dur qui les a tous affectés. Alors qu’elle était rendu à la partie la plus juteuse et intéressante, elle s’arrêta net fixant à l’extérieur. Son regard devint étrange et donnait des frissons dans le dos du jeune homme.

«Oh toi ...»

Brian fronça les sourcils et regarda dans la même direction que Rebecca. Il y avait un jeune homme à la chevelure blonde qui discutait avec sa femme. On pouvait aussi y voir une petite fille qui ramassait des fleurs dans les petits jardins des immeubles. Brian comprit en un éclair. C’était sûrement ce Simba dont elle avait parlé. Brian se retourna vers Rebecca qui, toujours figée, semblait attendre sa proie.

«Rebecca… N’y pense même pas ! Laisse le tranquille.»

Elle resta immobile.

«Rebecca…»

Le jeune homme soupira. Il n’y avait qu’une seule solution. Il posa ses mains sur les épaules de la jeune femme.

«Tanya !»

Erreur. Brian sentit une douleur au niveau de son torse et tomba au sol après s’être fait poussé par l’ancienne lionne.

«Brian qu'est-ce qu ...»

Tout aussi surpris que Rebecca, le jeune homme posa son regard sur la source de douleur et vit le sang s’y écouler. Il posa sa main sur son torse et serra les dents tentant de ne pas laisser pousser un cri.

«Merde…» Dit-il tout bas entre ses dents.

Cela allait lui apprendre de se mêler des affaires des autres.

«Ne bouge pas, je vais te ramener la trousse de soins.»

Lorsque Brian vit Rebecca revenir dans la salle, il la fixa longuement. La peur pouvait très bien se lire sur son visage, même s’il tentait de se calmer. Pourquoi l’avait-elle attaqué ? Était-ce un instinct de chasseur ou bien qu’elle n’aimait pas être touchée ? Le jeune homme prit le nécessaire dans la trousse voyant que Rebecca refusait de l’approcher à nouveau. Sûrement avait-elle peur de le blesser ou même pire, de le tuer. Il se dirigea vers les toilettes là où il nettoya sa plaie, et posa un bandage avec quelques difficultés. Tout cela, il le fit dans le silence total. Il ne savait plus quoi dire. Avait-il peur d’elle ? Sûrement pas. Il était seulement sous le choc après une telle attaque.

«Tu comprends maintenant pourquoi je t'évitais ?»

Brian sursauta au son de la voix de Rebecca qui se trouvait à quelques mètres de lui. Il se tourna doucement afin de poser son regard azur sur sa compagne. Son regard était redevenu aussi neutre qu’il l’était au tout début.

«C'est pour éviter CE genre de choses que je ne voulais plus croiser ta route.»

Le jeune homme baissa légèrement son regard sur les bras de l’ancienne lionne. Ceux-ci étaient ensanglantés. Elle s’était blessé elle-même, mais comment était-ce possible ? Il lui tourna à nouveau le dos afin de prendre quelques effets nécessaires afin de la soigner.

«Crois-tu vraiment que j'agirais de la sorte si je ne ressentais pas de l'affection pour toi ?!»

Brian sentit tout son corps se raidir. Une chaleur monta à son visage ce qui le fit rougir. Elle ? Avoir de l’affection pour lui ? Impossible. Elle était seulement sous le choc. Elle ne savait pas ce qu’elle disait. Encore une fois, le jeune homme se retourna faisant maintenant face à Rebecca qui n’essuyait pas ses larmes.

«Viens ici…» Dit-il d’une voix très basse, mais à la fois neutre.

La jeune femme semblait surprise d’une telle réponse. Comme s’il venait d’ignorer tout ce qui s’était passé il y a de cela quelques secondes. Pourtant elle ne bougea pas d’un poil.

«Viens ici. Ne me le fait pas répéter 3 fois.»

La jeune femme s’avança vers Brian qui lui fit signe de s’asseoir sur un petit tabouret. Il prit délicatement son bras, le soigna et pansa. Puis, il fit la même chose avec l’autre. Il était si doux et délicat avec elle. Il n’était pas en colère. Il avait seulement besoin de remettre ses pensées au bon endroit.

«Je m’en fou.» Dit-il d’un ton neutre, brisant le silence.

Il leva son regard croisant celui de l’ancienne lionne.

«Je m’en fou de ton passé et je m’en fou de ce qui vient de se passer.»

Il pansa le deuxième bras et se leva.

«Tout ce que je souhaite c’est de t’aider… et de faire partie de ton futur.»

Brian rougit à la dernière phrase qu’il prononça.




© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]    Mar 30 Déc - 18:47

«Viens ici...»

Contrairement à leur précédente discussion, la voix de Brian était basse et ne semblait pas montrer le moindre remord sur le geste que Rebecca avait fait envers lui. Comme si le coup n'avait pas été porte et pourtant il y était, elle le voyait au pansement assez imposant sur le torse de l'homme.

Cependant la jeune femme se contenta de fixer son ami dans les yeux, s'interrogeant silencieusement sur la raison qui la pousserait à exécuter " l'ordre" de Gill qui n'en était pas un.

«Viens ici. Ne me le fait pas répéter 3 fois.»

Étrangement son caractère en tant que Rebecca semblait refaire surface, car la tentation était grande pour cette dernière de lui demander ce qui allait arriver si elle le faisait répéter une énième fois, mais son esprit était encore trop marqué par son changement d'humeur si soudaine. Tellement qu'elle décida de parcourir ces quelques centimètres qui les séparaient eux et une petite chaise que Gill avait placé entre eux.

Il l'invita à s'asseoir dessus puis sans dire un seul mot, il enduit le premier bras d'une crème désinfectante et le pansa puis fit la même chose avec le deuxième et c'est seulement à ce moment là qu'il prononça ses mots qui firent aussitôt paniquer l'ancienne lionne.

«Je m'en fou.»

Rebecca sentit la partie animale quittait son esprit au moment où Gill posa son regard bleuté sur le sien et, ressentant sans doute son inquiétude naissante, celui qui était autrefois un Zanclus rajouta.

«Je m'en fou de ton passé et je m'en fou de ce qui vient de se passer.»

Elle qui craignait qu'il fuit dès les soins prodiguer, fut soulagé de constater que ce n'était pas le cas et qu'au contraire, il était même en train de pardonner son geste. Chose que personne n'aurait sans doute fait s'il ne s'agissait pas de Gill et qu'ils ne se connaissaient pas depuis tant de temps.

La peau de Rebecca eut la " chair de poule " quand celle-ci cru ressentir une caresse une fois la bande poser sur les plaies, ce qui eut pour effet de la perturber l'espace de quelques secondes, car Gill n'avait pas finit et il avait profité de cette diversion pour conclure ce qu'il voulait dire par cette phrase.

«Tout ce que je souhaite c'est de t'aider... et de faire partie de ton futur.»

Rebecca s'aperçut du malaise que provoquer ces quelques mots et c'est pourquoi elle tenta de rassurer Gill tout en essayant de lui faire comprendre d'un des fâcheux problèmes qui s'interposaient entre eux.

Gill ... Ce que tu viens de me dire me touche énormément mais ...

Comprenant que ce " mais" n'était pas forcément ce à quoi aurait aimé entendre Brian, Rebecca resta assise, le regard posé sur l'homme et vint aux faits.

Mon futur ne sera jamais concret tant qu'IL sera dans cette ville. Tu sais, je crois que beaucoup de gens se sont trompés sur Régina.

Le regard quelque peu choqué parce que venait de dire Tanya au sujet de " la méchante reine " poussa la jeune femme à poursuivre sur sa lancée, ne lui laissant pas une seconde pour répliquer, souhaitant aller au bout de cette pensée qui la turlupinait depuis qu'elle était redevenue elle même.

D'accord la malédiction avait pour but de nous rendre malheureux et de satisfaire son désir d'avoir une fin heureuse et maintenant je la comprends, car quand on y réfléchit bien ce sont toujours les gentils qui gagnent le grand amour et les fins heureuses et non les méchants. Mais quand on y s'intéresse de plus près, la fin de ces années de malheurs ont eux du bon en chacun de nous. Certains ont prit de nouveaux départ, d'autres ont fait de merveilleuses rencontres dont ils n'oublieront pas la cause.

Tanya ria doucement en repensant à cette fichu commande que Gill n'avait pas reçu et qui, sans qu'ils s'en rendent compte au départ, avait pour but de les réunir.

Malheureusement son doux sourire s'effaça aussitôt qu'elle en fin à sa conclusion.

Hélas la fatalité est là Brian. Les méchants n'ont jamais le droit aux happy end et que tu l'acceptes ou pas, j'en fais partie. Je suis sûr que si Régina m'a fait venir ici, c'est parce qu'elle sait que l'unique moyen d'oublier mon passé et d'aller de l'avant c'est de rendre la monnaie de sa pièce à Simba. J'ignore encore comment je procéderais, ça prendra le temps qu'il faut, mais il faut qu'il sache l'erreur que son père à fait ce jour là et ce que je pense de lui.

Rebecca pria au fond d'elle même pour qu'il ne lui demande pas d'en arriver aux mains. Bon certes ce n'était pas la meilleure des solutions, mais tant que les charognards rôdaient autour d'elle, aucune autre solution s'offrait à elle bien qu'elle n'y avait pas réfléchie avant.

Bien sûr rien ne serait aussi simple et Tanya n'espérait pas atteindre Simba aussi facilement que les " hyènes" pouvaient le croire.

Sentant qu'elle ne s'était pas totalement vidée de ces inquiétudes, la blonde prit le taureau par les cornes, en espérant que cette fois-ci encore Gill comprendrait son raisonnement.

Il y a un autre problème ... Même une fois mon objectif atteint, le futur se dressera devant moi et je pourrais vivre la vie dont j'aurais rêvé, mais elle sera risqué si je venais à changer mes sentiments pour certaines personne. Il ne faut pas oublier que Storybrooke n'est sans doute que du provisoire et que si un jour une occasion se présente pour revenir d'où l'on vient ... nous serions définitivement séparés toi et moi. Toi dans l'océan et moi ... moi je resterais seule et je ne sais pas si je pourrais supporter cette situation.

L'étau contracta le coeur de la blonde qui refoula de nouvelles larmes pour ensuite quitter sa chaise, s'avançant jusqu'à Brian qui avait l'air de nouveau perdu dans ses pensées et dont elle préférait ignorait.

Tendrement elle déposa un baiser sur sa joue puis se colla à lui, posant sa tête contre son épaule pour ensuite soupirer d'aise avant de dire de cette voix si chaleureuse, humaine, presque celle qu'elle avait autrefois, mais tout de fois marqué par un brin de mélancolie.

Je suis encore désolée d'avoir agi de la sorte avec toi. Moi aussi je m'en fou de ton passé. A mes yeux tu n'es pas un poisson, mais un homme au grand coeur et qui compte énormément pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]    Mer 31 Déc - 14:27







I'm Not the Only One by S S on Grooveshark

On a tous en soi une part de vérité qui ne souhaite pas être connue I can't believe you let me down
But the proof's in the way it hurts




«Gill ... Ce que tu viens de me dire me touche énormément mais ...»

[i]Mais. Il fallait toujours un ''mais''. Brian baissa doucement la tête appréhendant ce qu’elle allait dire par la suite.


«Mon futur ne sera jamais concret tant qu'IL sera dans cette ville. Tu sais, je crois que beaucoup de gens se sont trompés sur Régina.»

Le jeune homme fronça les sourcils et posa son regard azur sur sa compagne. Que voulait-elle dire par-là ? Elle lui expliqua que dans les histoires, ce sont toujours les gentils qui ont des fins heureuses et non les méchants. Elle avait bel et bien raison. Heureusement pour Gill, il faisait partie des gentils. Cependant, Tanya ne semblait pas l’être. Elle confirma ses pensées en lui disant qu’elle faisait partie des méchants. Brian ne se laissa pourtant pas affecter par cette nouvelle. Elle lui parla par la suite de son objectif qu’était de se venger auprès de Simba pour ce qu’il lui a fait subir. Brian baissa légèrement la tête. La vengeance n’était pas la meilleure façon d’obtenir la paix. Il le savait très bien lui-même. Après quelques minutes de silence, Tanya reprit.

«Il y a un autre problème ... Même une fois mon objectif atteint, le futur se dressera devant moi et je pourrais vivre la vie dont j'aurais rêvé, mais elle sera risqué si je venais à changer mes sentiments pour certaines personne. Il ne faut pas oublier que Storybrooke n'est sans doute que du provisoire et que si un jour une occasion se présente pour revenir d'où l'on vient ... nous serions définitivement séparés toi et moi. Toi dans l'océan et moi ... moi je resterais seule et je ne sais pas si je pourrais supporter cette situation.»

Le jeune homme se perdit à nouveau dans ses pensées. Il n’avait regardé de ce côté de la médaille. Il était vrai qu’un poisson ne pouvait être ami avec un lion. C’était presque impossible. L’ancien poisson sentit son cœur se serrer dans sa poitrine. Alors qu’il était encore dans ses pensées, il sentit les douces lèvres de sa compagne se poser sur sa joue avant qu’elle ne l’enlace. Il resta surpris à un tel geste.

«Je suis encore désolée d'avoir agi de la sorte avec toi. Moi aussi je m'en fou de ton passé. A mes yeux tu n'es pas un poisson, mais un homme au grand cœur et qui compte énormément pour moi.»

Brian ne put s’empêcher d’afficher un simple petit sourire. Il l’enlaça à son tour afin de montrer son affection envers elle. Alors qu’il allait à son tour prendre parole, une petite clochette se fit entendre dans le magasin. Des clients venaient tout juste d’entrer, mais pas n’importe qui. Simba et sa famille. Brian posa son regard inquiet sur Rebecca qui les fixait avec le même regard de chasseur qu’elle avait plus tôt. Alors qu’elle allait les rejoindre, Brian la stoppa en l’agrippant par le bras.

«Je comprends ta haine. Crois-moi, mais ce n’est ni le moment ou l’endroit pour ça…»

Il vit le regard de Tanya se calmer. Ensemble, ils allèrent voir les nouveaux venus. Brian afficha un sourire sur ses lèvres comme pour les accueillir. Il resta dans le magasin pour surveiller Rebecca. Il ne fallait pas qu’elle fasse quelque chose qu’elle allait regretter.


© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]    Jeu 1 Jan - 18:18

Cette querelle idiote prenait enfin fin et cela redonna confiance en Rebecca qui pensa au fond d'elle même qu'elle pourrait provisoirement reprendre le cours de la vie qu'elle avait avant l'arrivée soudaine de Simba.

La clochette de la boutique retentit de nouveau, l'avertissant cette fois-ci de l'entrée d'un vrais client qui venait faire quelques achats.

Le sourire chaleureux qu'elle réservait justement à sa clientèle refit son apparition, mais se crispa légèrement lorsque Brian se décala de quelques centimètres, lui permettant ainsi de voir l'arrivant ... où plutôt les arrivants étant donné qu'il s'agissait d'une famille et pas n'importe laquelle ; celle de Simba.

De nouveau, elle sentit ses muscles se contractaient, ses mains cachés derrière son dos semblaient trahir ce sentiment de colère de le voir heureux avec sa petite jolie famille alors qu'elle ... il n'avait pas hésité à l'abandonner sans même s'inquiéter de son propre sort et rien que pour cela il devait payer.

Alors qu'un bonjour lui parvint aux oreilles, Rebecca tenta de reprendre le dessus sur le félin qui ne demandait qu'à surgir au grand jour pour ensuite faire quelques pas vers eux, mais le bras de son compagnon de route la stoppa dans son élan et leur regard se croisèrent de nouveau, là elle vit qu'il ne souhaitait pas que l'incident se répète de nouveau.

«Je comprends ta haine. Crois-moi, mais ce n'est ni le moment ou l'endroit pour ça...»

Serrant la mâchoire, Rebecca était tenter de lui demander " quand est ce que ce serait le bon moment" sur ce ton de défie qu'elle aimait prendre quand elle perdait pied face à lui.

Hors devant l'insistance des mots et du regard qu'il lui adressait, la jeune femme sût qu'il avait raison.

Elle se contenta donc de claquer sa langue contre son palais pour ensuite aller vers ses clients qui jetaient des regards remplient d'éblouissement en direction des peluches en formes d'animaux.

Bonjour, en quoi puis je vous être utile ?

La blessure causait par le passé s'ouvrit au fur et à mesure que Simba s'adressa à elle. Lui avouant qu'il était perdu dans la ville et qu'il avait été comme aimanter par cette boutique lors du premier regard.

Un sourire qui aurait pu paraître sincère aux yeux d'un inconnu, naquit sur les lèvres de Rebecca qui dit sur un ton doucereux.

Voilà une bien curieuse raison d'entrer ici dans ma boutique.

Cela semblait perturber Simba qui se présenta comme étant Stéphane Orio et les personnes qui l'accompagnaient était sa femme et sa fille.

Les yeux azur de Tanya se posèrent systématiquement sur la petite fille qui passait devant chaque étagère affichant un air rêveur et innocent.

Dois-je comprendre que votre arrivée est récente ?

Demanda t-elle sur un ton absent, mais qui laisser bien parler aussi sa part de curiosité.Georgia]La voix de Stéphane empêcha la blonde de s'attarder sur l'enfant, lui répondant qu'ils étaient arrivés lors de la dernière malédiction et qu'ils en ignoraient la raison. Puis sans même laisser une seconde de silence planait autour d'eux, l'homme lui demanda si elle était résidante de Storybrooke depuis longtemps.

Rebecca posa de nouveau son regard sur le couple en face d'elle et se contenta de leur répondre avec franchise cette fois-ci, car elle n'y voyait là, aucune raison de cacher cette partie de vérité.

Depuis 28 ans pour être franche avec vous. J'ai été l'une des premières victimes de la reine Régina.

Simba hocha de la tête puis lui fit remarquer cette fatalité qui pourrait la trahir si elle venait à trop parler le même jour ; toute personne emmenait dans cette ville avait un but bien précis et qu'apparemment le sien n'était pas encore achevé.

Cette fois-ci ce fut bel et bien un sourire énigmatique qui se dessina sur le visage de la blonde qui se contenta de répondre sur un ton identique.

Je pense au contraire qu'avec cette nouvelle malédiction qui a amener de nouvelles personnes, mon but va enfin trouver tous son sens.

Le silence qui régna brièvement dans la boutique laisser à croire à Rebecca qu'elle venait de tomber dans un piège qui avait pour but d'aider Simba à savoir qui elle était.

Par chance Nala intervint en demandant si son mari était arrivé au même moment qu'elle.

Son mari ? Quel mari ?

Suivant le regard interrogatif de l'ancienne reine de la Terre des Lions, Tanya sentit son coeur battre plus rapidement dans sa poitrine lorsqu'elle comprit que Gill était visé dans le rôle de conjoint. Une chance que ses joues ne trahirent pas sa gêne devant cette scène qui la poussa au bout de ces retranchements.

Oui. Nous avons mit un certain temps avant de nous retrouver, mais une fois qu'Emma Swan à lever la première malédiction, tout est redevenue comme avant ... n'est-ce pas mon amour ?

Quitte à cacher pour le moment son identité face à son ennemi, autant lui faire croire qu'elle n'était pas une de leur monde, notamment si elle venait à dire qu'elle était une solitaire.

Alors oui elle avait menti, mais elle espérait bien que Gill rentre dans son jeu. Après tous il lui devait bien cela.

Bien sûr cela n'était pas assez pour assouvir la curiosité de cette famille qui empiétait sur son temps de travaille, il fallut en plus que la petite s'y mette en demandant ce qui était arrivé à Brian en désignant le pansement qui étaient un peu visible à travers le t-shirt.

Cette fois-ci ils étaient cuits tous les deux si Rebecca ne reprenait pas son rôle de gérante de magasin en main.

Bien écouter, pour votre arrivée à Storybrooke je vous offre une peluche chacun. Prenez ceci comme un cadeau de bienvenue.

Ouf le plan marcha à merveille. Le couple et l'enfant prirent chacun une peluche de leur joie, la remercia elle et Gill pour ensuite partir comme ils étaient venues sous le regard noir de Rebecca qui avait laissé de nouveau place à Tanya qui sentit une de ses rares occasion qu'elle aurait pour atteindre son ennemi, partir en fumée. Si elle commençait ainsi, sa vengeance mettrait bien plus longtemps qu'elle ne le pensait.

Malgré ses réactions et sa façon d'agir, rien n'avait trahie sa véritable identité à son regret qu'elle fit savoir à coup de mots bas qu'elle s'adressait à elle même sur un ton nostalgique.

Il ne m'a même pas reconnu ...

Un bruit de peluche qui tombe sur le parquet l'obligea à ne plus penser à ceci et à se tourner vers la sortie où elle vit Brian en train d'enfiler sa veste en cuir.

Tu t'en vas déjà ?


Le simple fait qu'elle lui posait cette question semblait gêner Gill qui lui demanda si elle avait autre chose à lui dire avant qu'il ne parte.

Merci d'avoir joué le jeu le temps qu'ils étaient là.

Ce que  répondit Brian frappa en plein coeur la jeune femme.

Affichant durant un court moment une mine triste, Rebecca prit sur elle même, bomba le torse, fière de ce qu'elle s'apprêtait à dire.


Je ne veux pas jouer ma prétentieuse, mais j'ai fais exactement ce que tu m'a dis.

Lui qui était sur le point de partir, le voilà en train de rire de bon coeur avec celle qui se voyait déjà redevenir une féline implacable. Hélas cet instant fut de courte durée.

D'une voix sombre elle rajouta, son regard cristallin posait sur le plancher en bois du magasin.

Seulement voilà ... je doute que cela dure éternellement.

Le regard de Brian qu'elle perçut presque comme de la déception vis à vie de ses propos la vexèrent quelque peu et l'obligèrent un instant à se demander si elle devait faire part de ses véritables émotions.

Car oui, il était la pluie qui éteignait cet incendie qui la rongeait de l'intérieur, ce feu de cheminée qui la rassurait dans ses moments de doute et ce cadeau de Noël qu'on ne s'attend pas à avoir sous le pied du sapin et qui, une fois ouvert, vous fait comprendre que vous êtes uniques.

Ce sentiment qui la perturbait au plus haut point depuis la fin de la malédiction et qui lui lançait cet avertissement qui lui semblait dérisoire.

Oui ils étaient deux personnes totalement différentes dans le monde d'où ils venaient, mais tant que Storybrooke demeurait intacte, la lionne mystique pouvait toujours se mettre dans l'idée de s'abandonner à cet amour interdit ?


Enfin s'était bien jolie de penser cela, mais qu'en était-il de l'ancien poisson ?

Elle avait sentie cette sorte de gêne au moment où que la femme de Stéphane avait sous entendu qu'ils étaient mari et femme. Mais est-ce que tous comme elle il avait sentit son coeur s'emballait à vive allure, voulant crier à qui voudrait l'entendre qu'il l'aimait d'un amour invraisemblable ?

Pour le moment elle ne savait pas exactement et c'est pourquoi après des secondes de calme plat dans la boutique que Rebecca posa sa question, le regard évitant toujours celui de l'homme.


C'est pour cela que je me demande si tu sera toujours à mes côtés pour " dompter " la bête qui somnole en moi ?

Espérant qu'il ne le prenne pas mal, Tanya conclut en disant d'une voix fébrile.

Attend ... Ne te précipite pas Gill. Si tu tiens vraiment à notre amitié, ne t'empêche pas de peser le pour et le contre. Repense à tout ce qu'il vient de se passer en l'espace d'une heure et si jamais tu trouves réponse à ma question, retrouve moi ce soir à 20h00 devant le restaurant de Granny. D'accord ?

Sa voix s'était radicalement radoucie à la fin de sa prise de parole et un sourire sincère effleura son visage.


Dernière édition par Rebecca Melah le Dim 11 Jan - 7:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]    Ven 2 Jan - 18:51

Exit pour moi et ma famille la fourrure qu'on supportait difficilement en pleine chaleur, les griffes menaçantes et les crocs qui intimidaient nos ennemis et bienvenue à ce nouveau mode de vie auquelle je n'avais pas le choix de m'habituer.

Aujourd'hui je ne travaillais pas à la fourrière et ainsi je pus profiter de cette journée pour visiter Storybrooke qui avait ce charme qui nous insistait à y rester malgré la peur d'être dans un endroit qu'on ne connaissait pas avec des gens dont on ignorait non seulement leur identité, mais aussi leur intention.

Moi, Nala alias Katie et notre fille qui, aussi bizarre que cela puisse paraître, avait gardé son prénom, décidions donc de quitter notre appartement en début d'après midi par un temps ensoleillé et aux températures qui étaient le contraire de ce que nous subissions d'ordinaire dans la savane.

Nous nous laissions guider par notre curiosité qui nous guida tout d'abord au coeur de la ville où se dressait devant nous de nombreux magasins de toutes tailles et de divers domaines, entre deux se tenait aussi un restaurant tenu par une grand-mère qui semblait avoir gardé sa jeunesse dans sa vivacité à servir les nombreux clients qui se pressaient au comptoir.


Une énorme horloge nous intrigua de part sa hauteur, mais aussi du fait qu'elle était posé au dessus d'une bibliothèque qui était fermer. A droite se tenait un petit parc où ma fille s'attarda pour ramasser quelques fleurs et un magasin qui lui, était ouvert d'après ce qu'indiquait l'écriteau.




Un éclat de rire sortit de ma gorge quand Kiara revint vers nous, tendant à sa mère un petit bouquet de fleurs de couleurs jaunes qui eurent pour effet de faire éternuer ma reine. J'avais complètement oublié qu'elle était allergique aux fleurs. Il faut dire aussi que ces dernières s'étaient faits rare dans notre contrée.




Soudain je reprit mon sérieux, intriguant Katie qui m'interrogea du regard sans prononcer un seul mot.

Pour seule réponse je me tourna vers le seul endroit où mon odorat m'indiqua une présence; Le magasin de peluches. Hors il n'y avait personne que ce soit devant la porte d'entrée où bien au niveau des vitrines.



- Que dirait tu d'aller faire un tour dans notre première boutique fétiche ma puce ?

Un immense sourire naquit sur les lèvres de Kiara qui courut aussitôt en direction de l'endroit que je venais de montrer d'un geste de la tête, nous obligeant ainsi à la suivre.




Quand j'ouvris la porte du magasin, je sursauta presque sur place en entendant une clochette retentire pour ensuite me ressaisir. Nous avions le même système dans la fourrière, ainsi je me dis que le gérant de la boutique viendrait aussitôt à notre rencontre.




Alors que Nala et Kiara posèrent leurs yeux pleins d'étoiles sur les jouets destinés aux humains aux formes amusantes notamment celles qui ressemblaient mine de rien aux animaux que je connaissais, moi je posa mon regard en direction du fond de la boutique où je vis un couple de personnes qui me regardèrent, me laissant douter sur notre bienvenue dans cet endroit.

L'homme qui était brun et avait des yeux bleus semblable aux miens me fixait calmement et avait l'air un peu plus grand que la femme qui elle avait une peau de satin, des pupilles d'un bleu plus clair que son compagnon masculin et ses long cheveux dorés étaient attachés en un chignon, elle affichait un regard m'indiquant qu'on était venu au mauvais moment.




Gêné de cette situation, je tenta malgré cela un début de conversation.

- Bonjour !

Lancer-je sur un ton amical, espérant qu'on me rende cette salutation sur un ton identique.




Voyant que ce n'était pas le cas, je rejoignis Kiara qui avait des vus sur une peluche en forme de girafe.




M'accroupissant de sorte d'être à sa hauteur, je lui demanda d'une petite voix afin de ne pas déranger les gérants.


- Tu as vu comme la ressemblance est presque saisissante ?




Bonjour, en quoi puis je vous être utile ?

Je me redressa aussitôt en entendant une voix féminine qui ne ressemblait en rien à celle de ma compagne et pour cause, il s'agissait de la gérante de la boutique qui était venue à notre rencontre, l'homme était resté en retrait, gardant néanmoins son regard méfiant sur nous.


Tentant de l'ignorer je pris la parole tout en entourant les épaules de ma fille dans un geste protecteur qui ne m'avait pas quitté depuis mon arrivée à Storybrooke.

- Je crois bien que nous nous sommes perdus durant notre visite. J'ai aperçue votre boutique au tournant de la bibliothèque et j'ai été comme ... comment dire ça ... aimanter par celle-ci.

Je fus soulagé de voir un sourire prendre place sur les lèvres de la jeune femme, celui-ci nous mit même à l'aise, ce que je pris ainsi comme un pardon silencieux sur sa réaction lors de notre venue.

Voilà une bien curieuse raison d'entrer ici dans ma boutique.

Je commençais bien mon aventure dans ce lieu inconnu à mes yeux en me faisant passer pour un fou, ce qui me poussa à mettre fin à ce sujet pour en venir à me présenter moi et ma famille.

- Veuillez m'excusez, je ne me suis pas présenter. Je suis Stéphane Orio et voici les deux femmes de ma vie. Katie et Kiara, ma fille.

Je ne m'étais pas rendu compte que cette dernière avait réussie à quitter mon emprise, poursuivant sa visite du magasin de son air innocent qui lui allait à merveille.

Dois-je comprendre que votre arrivée est récente ?


- Vous avez vu juste. La dernière malédiction qui a été invoquée nous ont transféré ici du jour au lendemain sans qu'on en sache la véritable raison.

Voilà que cela semblait avoir interpeller la jeune femme qui me regarda dans les yeux sans prononcer un mot, ignorant totalement ce qu'elle pouvait penser de moi.

- Et vous ? Combien de temps vous êtes ici à Storybrooke ?

Quand elle me fit part de sa réponse, une certaine franchise accompagné d'un brin de mélancolie prit possession de sa voix.

Depuis 28 ans pour être franche avec vous. J'ai été l'une des premières victimes de la reine Régina.

J'hocha la tête dans un geste positif puis lui fit remarquer une chose dont j'avais ouïe peu de temps après mon arrivée à la fourrière.

- On dit que cette malédiction a pour but de donner une seconde chance à ceux qui ont un objectif bien particulier et dans votre cas, on dirait qu'il n'a pas encore eut lieu.

La chair de poule s'empara de mes poils de bras quand la blonde rétorqua sur un ton qui semblait indiquer une certaine satisfaction.

Je pense au contraire qu'avec cette nouvelle malédiction qui a amener de nouvelles personnes, mon but va enfin trouver tous son sens.

Un silence qui me parut interminable s'installa entre nous quatre jusqu'à ce que Nala intervienne en posant à son tour une question qui lui tenait à coeur quand je vit cette étincelle brillait dans ses yeux.

- Et votre mari est arrivé au même moment que vous ?

Je masqua ma lucidité quand je vis une lueur de perdition dans le regard de la gérante qui chercha tout autour d'elle pour ensuite fixer l'homme toujours présent dans le magasin, mais qui n'avait pas pipé un seul mot depuis notre arrivée.

Oui. Nous avons mit un certain temps avant de nous retrouver, mais une fois qu'Emma Swan à lever la première malédiction, tout est redevenue comme avant ... n'est-ce pas mon amour ?

A moins que leur couple soit très récent, je compris le fait qu'ils étaient tous les deux sur la défensive lorsque nous étions arrivés.

- Dis qu'est-ce qui est arrivé à ton chéri ?

Demanda une voix fluette que je reconnus aisément comme étant celle de Kiara qui avait fini sa visite et qui s'était posé entre l'homme et la femme, désignant un trou visible sur le T-shirt et où dépassait un bout de ce qui avait l'air d'être un pansement.

Pas de doute que cette question était celle de trop, car la blonde tapa dans ses mains puis dis sur un ton amical qui trahissait le fait que notre présente était de trop.

Bien écouter, pour votre arrivée à Storybrooke je vous offre une peluche chacun. Prenez ceci comme un cadeau de bienvenue.

Dix minutes plus tard, Kiara, Nala et moi même repartions avec une peluche en forme de girafe qui représentaient en fait ce que nous étions ... une famille.

- Nous devrions revenir plus souvent histoire de voir ce qu'elle à d'autres comme peluches lors des diverses fêtes humaines qu'en pense tu Simba ?

Le simple fait que Nala évoque mon véritable prénom me stoppa net, faisant raviver ce sentiment que j'avais ressenti quelques minutes avant de faire la rencontre de ce couple qui n'avait pas eut la politesse de se présenter contrairement à nous.

- Quelque chose ne va pas ?

Je cligna plusieurs fois des yeux pour ensuite dire d'une voix absente, tentant tout de fois de ne pas paraître trop suspect sur mon agissement.

- Allez manger une glace chez Grany, je vous rejoins tous de suite.

Le regard emplit de tendresse que m'adressa Nala me rassura que quelques secondes, mais une fois qu'elles eurent disparurent de mon champ de vision, mon coeur batta de nouveau à une cadence affolante.

Cette sensation d'être épié en permanence, me donnant l'intuition d'être en danger ... Elle ne m'était pas inconnue. Je l'avais déjà ressentie la première nuit que j 'étais rentrer du travail à pied, cependant je n'avais vu personne.

Aujourd'hui encore elle était apparue, moins persistante, comme si elle était elle même sur la corde raide, hésitant sur ses propres intentions, mais en aucun cas je l'avais ressentie dans la boutique et pourtant ... j'étais persuadé que ce regard que m'avais adressé la jeune femme blonde lors de mon arrivée n'était pas sans raison.


Qu'avions nous bien put faire nous, nouveaux arrivants de Storybrooke pour que je me sente vulnérable alors que ma famille m'entourait ?

La présence de Tanya dans la même ville maudite était certainement pour quelque chose et je suis désormais persuader que cette demoiselle doit travailler pour ma soeur de coeur ... En avait elle encore un au moment où je pensais à elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]    Jeu 15 Jan - 11:23







I'm Not the Only One by S S on Grooveshark

On a tous en soi une part de vérité qui ne souhaite pas être connue I can't believe you let me down
But the proof's in the way it hurts




«Et votre mari est arrivé au même moment que vous ?»

Alors que Brian était occupé à les ignorer, il sentit son corps se raidir lorsqu’il entendit la question. Il se tourna vivement vers les clients, son regard surpris posé sur la jeune femme.

«Oui. Nous avons mis un certain temps avant de nous retrouver, mais une fois qu'Emma Swan à lever la première malédiction, tout est redevenue comme avant ... n'est-ce pas mon amour ?»

Brian voulu prendre les jambes à son cou et fuir. Cependant, le regard insistant de Rebecca l’obligea à forcer un sourire. Il devait jouer le jeu. Il entoura les épaules de son amie avec son bras en hocha doucement la tête. La petite courut vers ses parents et pointa le torse de Brian en demandant ce qui s’était passé pour qu’il soit blessé. Cette fois, il ne savait pas quoi dire. Il posa son regard azur sur Rebecca espérant qu’elle trouve une idée.

«Bien écouter, pour votre arrivée à Storybrooke je vous offre une peluche chacun. Prenez ceci comme un cadeau de bienvenue.»

Lorsque la jolie famille quitta le magasin, Brian lâcha la prise qu’il avait sur Rebecca et effaça son faux sourire. Il était heureux qu’elle n’ait pas essayé de le tuer sous le champ devant sa femme et sa fille. Cela aurait été horrible. Alors que l’ancienne lionne fixait encore la porte d’entrée, Brian prit l’occasion qui s’offrait à lui pour tenter une fuite. Malheureusement pour lui, lorsqu’il prit son manteau, il accrocha une peluche qui tomba au sol faisant sonner la petite clochette que celle-ci avait au cou. Rebecca se tourna vivement vers lui, surprise de le voir partir.

«Tu t'en vas déjà ?»

Brian haussa doucement les épaules. Il enfila son manteau essayant d’ignorer la douleur au niveau de son torse.

«As-tu autre chose à me dire ?»

«Merci d'avoir joué le jeu le temps qu'ils étaient là.»

Brian fit la moue en hochant la tête doucement, son regard dans le vide. Jouer le jeu. Lorsqu’elle le disait, ça semblait si facile. Le jeune homme soupira et afficha un sourire forcé.

«Pas que j’en avais envie, mais bon… si ça peut te faire plaisir.»

Après un court silence, Rebecca reprit.

«Je ne veux pas jouer ma prétentieuse, mais j'ai fait exactement ce que tu m'a dit.»

Brian éclata de rire pour la première fois depuis son arrivé. Il était vrai qu’elle ne les avait pas tué et avait même joué le jeu de la gérante souriante et accueillante. Cela a dû être dur pour elle. Voyant qu’elle ne riait pas, Brian s’arrêta et posa son regard sur l’ancienne lionne.

«Seulement voilà ... je doute que cela dure éternellement.»

Brian baissa à nouveau son regard sur le plancher de bois du magasin en soupirant. Elle était la personne qui comptait le plus pour lui et la voir se mettre dans le pétrin était quelque chose qu’il redoutait.

«C'est pour cela que je me demande si tu seras toujours à mes côtés pour " dompter " la bête qui somnole en moi ?»

Le jeune homme leva rapidement son regard sur Rebecca. Alors qu’il ouvrit la bouche afin de parler à son tour, la jeune femme le coupa.

«Attend ... Ne te précipite pas Gill. Si tu tiens vraiment à notre amitié, ne t'empêche pas de peser le pour et le contre. Repense à tout ce qu'il vient de se passer en l'espace d'une heure et si jamais tu trouves réponse à ma question, retrouve moi ce soir à 20h00 devant le restaurant de Granny. D'accord ?»

L’ancien poisson referma sa bouche, hocha doucement la tête en guise de compréhension et quitta le magasin après lui avoir dit au revoir. Sur le chemin du retour vers son appartement, il repensait à tout ce qui venait de se passer et ne savait pas trop comment réagir. Toutes ses pensées se bousculaient dans sa tête et ne savait pas quelle conclusion choisir. Allait-il accepter son offre ?



© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]    

Revenir en haut Aller en bas
 

On a tous en soit une part de vérité qui ne souhaite pas être connue [ LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Julian ~ Soit les schtroumpf sont tous gay, soit la schtroumpfette prend cher.
» Il y a une part de vérité dans chaque mensonge ^^
» Départ pour la Guerre || PV Tous les Sang-Purs||
» [Done] On meurt tous un jour, petit, qu'on soit mendiant ou empereur |Eun Jung|
» Dolfi' ~ Le bonheur c'est d'avoir des amis tous aussi fou que soit..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le coin Jeux :: Coin des habitués du forum :: Corbeille-